Articles

A bord du Columbus, j’ai tenu un journal de bord pendant une partie de la campagne Sea Shepherd Stop the Grind (en juin 2014). A travers lui, j’espère vous faire découvrir l’engagement Sea Shepherd pour la sauvegarde des océans. Avec lui, je souhaite vous faire partager les instants uniques et flottants d’une aventure humaine des temps modernes; et enfin vous prouver par l’exemple que l’action, l’engagement de la société civile (par exemple l’engagement Sea Shepherd) permet de changer les choses. Voici donc la 3ème page de mon journal de bord sur le Columbus, celui d’un « vomitérien » accompagné ce jour par les dauphins prise viagra. Action. Pour les océans. Et c’est bien là le principal !

06h15 : Les moteurs  se remettent en marche pour recharger les batteries du Columbus. C’est un peu comme si un tractopelle se mettait en route dans votre chambre … Réveil en sursaut garanti. De là, mes premières respirations conscientes s’emplissent d’un arôme diesel des plus délicats.
Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit. J’essaye donc de me rendormir, sans trop de succès …Je ferme les yeux et des images de mer déchainée et de « petits renards » me reviennent à l’esprit.

 

dauphin-sea-sheperd-jour-2-ayrine-responsible-concept08h12 : Soudain, Richard descend dans la cabine inférieure et lance à l’équipage endormi : « des dauphins les gars, des dauphins ». J’ouvre les yeux et miracle, la nausée m’a quitté. Enfin, enfin libre ! Il faut dire que la mer est calme. La première fois depuis le début du voyage ! Je vais fêter ça avec les dauphins. Je m’équipe et j’arrive sur le pont. Je me glisse telle une gazelle qui ne serait plus bourrée, vers la proue du Columbus, et là, partout, je les aperçois. Voir des dauphins et mourir ! Merveilleuses créatures, intelligentes, profilées pour la course, furtives, magnifiques, gracieuses mais en danger bien sur. Partout dans le monde, les espèces de dauphins sont menacées par les activités humaines. Sea Shepherd essaye de briser le silence sur ces génocides en intervenant notamment chaque année à Taiji au Japon (voir aussi le film « The Cove » ). Chanceux de ne pas être tombés sur un bateau nippon, les dauphins s’entortillent autour du Columbus comme pour nous serrer près d’eux, un message de bienvenue.

 

13h11 : L’heure du déjeuner approche. Le premier vrai repas entre tous les membres d’équipage du Columbus depuis le début du voyage. Un Vegan lunch, préparé par tous,  après 3 jours de diet forcée. Doucement, tout doucement, je réhabitue mon estomac à recevoir et non plus à donner sans retenue ! Une superbe occasion d’en apprendre un peu plus sur mes compagnons de route. Des histoires de marins, de courage, d’aventures et d’engagement. J’aurai sans doute l’occasion d’en reparler.

 

Columbus-sea-sheperd-jour-2-ayrine-responsible-concept15h32 : Un temps sublime apparait, ultime cadeau de nos compagnons de route les dauphins, comme pour nous encourager dans notre périple. Nous décidons de nous hisser sur le toit du Columbus. Jean pourra faire son quart de la haut. La vue est dégagée. Une après-midi passée sur le toit du bateau à regarder la mer et les macareux faire des rase-mottes avec une dextérité bouleversante.
Des discussions sur nos interventions sur les iles Féroé, le rôle du Columbus sur le repérage des baleines pilotes, des prévisions de scénarii sur place pour prévenir les grinds sont également abordées. Nous évoquons aussi avec Jean Yves notre prochaine escale. Demain. L’île de Man. Et Jean Yves de clôturer sa diatribe sur cette île perdue avec son fameux dicton : « Le point G d’un port c’est au fond ».

 

20h08 : Le diner se prépare. Nous fouillons dans les réserves du Columbus, constituées grâce aux dons de centaines  de particuliers. Je pense à tous ces anonymes de France qui en amont du voyage ont permis par un geste qu’un autre se fasse, pour la protection des océans. Ils sont là avec nous, à chaque repas et je profite de ce billet pour encore les remercier. Chacun sa part … Remerciements notamment aux Biocoop locaux qui ont relayé les campagnes de dons.

 

Columbus-cloche-sea-sheperd-jour-2-ayrine-responsible-concept21h25 : le soleil nous accompagne toujours mais décide de s’habiller en « Prada ». Nous nous perdons dans des couleurs magiques, presque imaginaires. Je reste sur le pont du Columbus à le voir partir doucement. A mon tour je m’éclipse et rejoins ma cabine multi barquette. Ça sent le gasoil là dedans, la clope du capitaine et bien sur le musc de gars pour qui la douche n’est qu’un lointain souvenir.
22H18 : Des échanges avec Jean Yves sur les Iles Féroé, et des cartes marines à déchiffrer, pas facile pour un non initié !
23h12 : Je m’allonge dans ma barquette avec les fabuleux souvenirs de dauphins virevoltant et des envies d’aller plus vite, de rejoindre les îles Féroé pour empêcher les massacres de baleines pilotes de se produire. Go Columbus. Go. Je m’endors avec une musique en tête …

Retrouvez les détails de cette aventure, façon journal de bord, dans les prochains articles du blog et sur notre page Facebook.
Vous avez aimé : Columbus – Journal de bord – Jour 3 – 07 juin 2014 – Stop the grind .  Alors abonnez vous au blog de Ayrine pour découvrir les prochains articles…

 

Crédit photo: Antoine Beysens, pour Sea Shepherd